juil 312020
 

Arthur Estrade et les bénévoles dans les ateliers
Arthur Estrade et les bénévoles dans les ateliers

Une démarche écologique et sociale
La Matériauthèque au service des Romanais
Elle se trouve 21 avenue de la Déportation et est ouverte le mercredi de 13h à 18h
et le samedi de 10h à 16h. Le titre peu apparaître un peu ronflant car notre mémoire fait instinctivement référence aux livres (biblio), mais le suffixe thèque, par son étymologie grecque (boîte), est bien adapté à la situation. Car cet entrepôt ouvert en 2013, animé par des bénévoles et, depuis novembre dernier par un employé en contrat aidé, est spécialisé en bricolage. On y trouve bois, peinture, petit outillage électroportatif, quincaillerie, plomberie, raccords PVC, mercerie, loisirs créatifs, etc.
D’où provient le matériel mis en vente ?
On dénombre trois sources : la déchetterie (où un conteneur est partagé avec
l’association Emmaüs) ; l’apport volontaire des Romanais ; les dons des entreprises : à l’occasion d’une fin de chantier, celles-ci viennent remettre leur surplus non utilisé et y ont un double avantage grâce à la défiscalisation. Ce qui fait que l’on trouve à la matériauthèque du matériel neuf. Ainsi, nous y avons vu une baignoire, un lavabo, des portes vitrées en PVC qui ne devraient pas tarder à trouver preneur. Des matériaux flambant neufs.
Qui peut acheter?
Il faut adhérer à l’association La Ressourcerie Verte, pour la modique somme
annuelle de 12 €. La motivation du « client » peut être morale, écologique, car
l’utilisation du matériel de récupération est vertueuse, mais aussi économique car les prix défient toute concurrence. La participation est libre à partir d’un montant
minimum. En général il avoisine le quart du prix du commerce pour un matériau
neuf, et beaucoup moins pour un produit usagé. Nous avons vu par exemple un
mitigeur de baignoire en bon état à 3 € demandés. En effet, l’association ne réalise
pas de bénéfices, mais elle a des frais comme le loyer à un bailleur privé, la camionnette et encore le salarié. La Ressourcerie Verte qui date de 2009, compte 700 adhérents avec à la manœuvre le salarié Arthur Estrade entouré d’une trentaine de bénévoles.
L’offre de formation
Des ateliers animés par des bénévoles en général autodidactes, parfois par des
professionnels, sont proposés au public. Il s’agit de bricolage en réemploi (par
exemple réutiliser le bois des palettes) ; la couture (réparation de vêtements) ;
confectionner des éponges en tissu ; enduire une toile de cire d’abeilles pour
remplacer le film étirable ; ou encore : l’aiguisage. Le but est d’apprendre à réparer, fabriquer, devenir autonome dans l’optique ultime de réduction des déchets.
Enfin les ateliers de la matériauthèque peuvent être mis à la disposition du public
pour un faible coût.La Recyclerie Nouvelle’R
Trois associations sont réunies sous ce label (La Ressourcerie Verte, Emmaüs, la Plate forme d’Insertion par l’Humanitaire et la Coopération) afin de peser davantage en termes de volumes traités et d’être interlocuteur fiable auprès de VR Agglo ou encore partager des conteneurs.
Il faut donc souligner l’aspect militant et social de cette initiative à but non lucratif. Si l’offre permet d’aider des personnes à faibles moyens, l’objectif de réduction des déchets nous concerne tous. Les portes de la matériauthèque sont ouvertes, que ce soit par idéalisme ou intérêt pécuniaire. Les deux se rejoignent vite.
Claude Ferrieux
Tous les détails sur le site de l’association :
http://laressourcerieverte.com/ ou : http://www.recyclerie-nouvelle-r.fr/

Corrections apportées par l’équipe :

1/ Nos matériaux sont à Prix libre, il n’y a pas de montant minimum. Ce que l’on paie à la Ressourcerie Verte c’est le service. L’équipe se réserve le droit de refuser des ventes si elle pense que la participation se fait au détriment de l’association.

2/ L’Atelier est celui de l’ensemble de l’Association La Ressourcerie Verte et non de le Matériauthèque.